jeudi 24 avril 2014

Article de Bernard Lugan dans la revue The European - Security and Defence Union

Africa in crisis

Almost all the current conflicts in Africa are concentrated in the region north of the equator1, and more particularly in the immense Sahara-Sahel region that stretches from the Atlantic to the Red Sea across more than ten countries.
This corridor linking the two oceans is the area between the Mediterranean and Black Africa where north meets south, but above all it marks a real racial divide, with grazing lands to the north and farming areas to the south. The Sahel crosses ten states in which a “white” north is artificially brought together with a black south.
Formerly the point of arrival and departure for trans-Saharan trade, and these days for all kinds of trafficking, the Sahel, from the Atlantic to the Red Sea, is ablaze with long-standing and resurgent conflicts.
The two major causes of this region’s conflicts are:
1. Artificial borders forcing the peoples of the north and south, between whom there are major disputes, to live together;
2. Universal suffrage based on the principle of “one man one vote”, the ethno-mathematical result of which is to automatically give the power to the numerically strongest group, in this instance the southerners.
These crisis-generating factors are present in the entire Sahel region, from Mali to Niger and from Chad to Nigeria. In Mali recently, Islamist fundamentalism has opportunistically latched on to northern political aspirations. The north-south conflict is therefore indeed the key to an understanding of the region’s problems.
The areas of the Sahel that are currently the most under threat are the Mali-Niger region, Nigeria and Chad, but we must also take a short look at the current burning conflict in Central Africa and consider its relationship with the other zones.

Mali
Operation Serval, whose main result has been to permit southern Mali to recommence colonising the north, has done nothing to eradicate any of the root causes of the recent conflict. The non-settlement of the Tuareg question only puts off the problem whilst aggravating it. Indeed, nothing has been decided about the necessary administrative reorganisation of Mali, now that the French army has retaken the towns of the north.
The problem is as follows: Bamako wishes to re-assert its authority over the north, but cannot do so without the French army, and the Tuareg who started the war are demanding extensive autonomy and are refusing the deployment of the southern army in the region of Kidal.
As long as the Tuareg issue remains unresolved one major pitfall must be avoided. Those who a matter of weeks ago denied the Tuareg problem are now according disproportionate importance to it in territorial terms. Indeed, the Tuareg do not occupy the whole of the Malian Sahara, but only a part of it, the west of Azawad being an Arab or Arabised zone. Azawad has three main population groups within each of which there are numerous sub-divisions:
- the Tuareg who are Berbers occupy the north-eastern part of the region;
- the Moors – Arabised Berbers or descendants of the Arab Hilalian tribes (Beni Hilal) – live in the western part, forming an ethnic and political continuum with the tribes of Mauritania;
- the Songhai, Peul and some Tuareg live in the Niger River region.

The question of Nigeria
The vast region covered by Nigeria-Niger-Cameroon has become a veritable Sahelistan spilling over from Nigeria into Niger, Cameroon and a small part of Chad, via the Hasa/Fulani/Kanuri-populated areas. These over-populated regions provide a breeding-ground for all kinds of negative forces: to the north, Libya is unable to control its south, to the east is the ongoing hotspot of Darfur and to the south, Nigeria is engaged in an ethnicreligious civil war.
The whole of the north of Nigeria is ruled by Sharia law. This region’s geographic, anthropological, ethnic, historic and religious realities thus make it fertile ground for the Islamists of the fundamentalist movement Boko Haram that has exercised a reign of terror in the north of Nigeria since the end of the first decade of the 21st century and whose influence extends beyond the borders of Nigeria.
The Nigerian authorities, which for a while seemed at a loss in the face of the Jihadists, are now waging a real war that is perceived by the north as an attack by the Christian south. Thus three Nigerian States (Borno, Yoba and Adamawa) sharing borders with Niger, Chad and Cameroon are at war. They have declared a state of emergency and imposed a curfew from dusk to dawn. Since 16 May 2013, the Federal Army has been engaged in an offensive against the Boko Haram combatants who have whole areas under their control. The Federal Army has been unable to regain control of them.
Boko Haram broadly exploits the political frustration of the northern élites, who do not want to see the country run by a Christian from the south in the person of President Goodluck Jonathan: a reversal these past few years of the balance of power between the north and south.
Previously the northerners controlled the administration and army, which meant that they held the power and could use the country’s oil revenues to their own advantage. Today, with southerners at the head of the country, the northerners have been politically sidelined: they have even lost control of the army. The Muslim fundamentalists who control the north of Nigeria are trying to exacerbate the rift between the north and south in order to impose independence for the north, which would then become a theocratic state in the tradition of the 19th century emirates, with all the geopolitical consequences that this would entail for the region.

Can the Chadian bastion resist?
In Chad we find the same regional ethnic-geographic divisions, with the Islamised desert region of the north pitted against a Christian or animist agricultural south. On top of that there is a simmering conflict within the north.
Chad, plagued by ongoing, latent and potential conflicts, faces four major challenges whose outcome will be decisive for the stability of the region as a whole: President Idriss Déby Itno’s succession and the unresolved crisis in Darfur; the Toubou-Zaghawa rivalry and the Sudanese government crisis.

The solution can only be a political one
This goes for the whole Sahel region – no military solution is possible unless there is genuine cooperation with the armed forces of the neighbouring countries in which fundamentalists find ethnic continuity and seek refuge when they come under threat. Yet any attempts at coordination in this area run up against political and logistic problems that are well nigh insurmountable under the current circumstances.
The only possible solution is a political one; it presupposes a readiness to recognise ethnic and territorial realities and to abandon the diktat of democracy imposed by the West. Indeed, nowhere in Africa have ethnic divides been bridged by elections, for these in reality are nothing but live-scale ethnic opinion polls that only confirm the ethno-mathematical picture.
Nowhere in the region has the north-south problem been resolved; that being so, the root causes of the conflicts in the Sahel are likely to persist for a long time to come.

Central African Republic (CAR) – risk of genocide 
(ed/AK) In 2013 the latent crisis in the Central African Republic again erupted into violence between Muslim Seleka rebels and the Christian population.
In August 2013, with the country’s government powerless to keep law and order, especially in the capital, Bangui, France urged the United Nations (UN) and African Union (AU) to step up their efforts to put a stop to the ongoing human rights violations. But with the AU peacekeeping mission unable to restore security, French President François Hollande decided to change his position of disengagement and to strengthen the French troop presence in CAR: he increased it by almost 1000 soldiers upon receiving the UN Security Council’s authorisation on 5 December 2013. French soldiers immediately began to patrol in Bangui and were able to prevent a slaughter. In February 2014 the EU Council decided to send its own crisis-management forces to the CAR (see also p. 51). Since then Europe has been struggling to bridge the troop and equipment gap in order to put together a sufficient force to fulfil its promise of a military operation to restore security in the country. 

[1] With the exception of the Kivu region, which straddles the equator.

jeudi 3 avril 2014

Rwanda : un génocide en questions

Editions du Rocher, 286 pages,
cahier de cartes en couleur, 22 euros.
Assassinat du président Habyarimana, jeu trouble de Washington, enquête du juge Trévidic : clés de compréhension et d’explication.

Cette analyse peut être reproduite à la condition expresse d’en citer la source.

Le 6 avril 1994, l’avion transportant deux présidents africains en exercice, MM. Juvénal Habyarimana du Rwanda et Cyprien Ntaryamira du Burundi était abattu par un missile[1]. Aucune enquête internationale ne fut ouverte afin d’identifier les auteurs de cet attentat qui fut le déclencheur du génocide du Rwanda[2].

Les Etats-Unis à la manoeuvre

Mis en place au mois de mai 1995 après sa création au mois de novembre 1994 par le Conseil de sécurité de l’ONU avec compétence pour la période allant du 1er janvier au 31 décembre 1994, le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda) fut installé à Arusha, en Tanzanie.
Dès le début, les Etats-Unis d’Amérique firent pression afin que l’attentat du 6 avril 1994, pourtant totalement inclus dans les limites chronologiques imparties au TPIR, soit écarté de son champ d’investigation. Avec une grande constance, tous les Procureurs qui se succédèrent à la tête de ce tribunal respectèrent cette étrange exclusion. Le TPIR spécialement créé pour juger les responsables du génocide, refusa donc de rechercher les auteurs de l’acte terroriste qui en fut la cause (!!!).

L’insolite attitude des Etats-Unis pose d’autant plus problème qu’en 1995, il ne faisait alors de doute pour personne que les auteurs de l’attentat du 6 avril 1994 étaient ces « Hutu extrémistes » tant de fois dénoncés par les ONG américaines. Pourquoi les Etats-Unis étaient-ils donc opposés à ce que la responsabilité de ces derniers dans l’attentat qui déclencha le génocide du Rwanda soit officiellement mise en évidence par une enquête du TPIR? La réponse à cette question est peut-être que les services de Washington savaient déjà que l’attentat n’avait pas été commis par les « Hutu extrémistes »… En interdisant au TPIR de mener l’enquête sur l’assassinat du président Habyarimana, les Etats-Unis protégèrent donc de fait ceux qui, en détruisant en vol son avion, permirent au FPR (Front patriotique rwandais), mouvement essentiellement tutsi totalisant de 10% à 15% de la population, de s’emparer militairement d’un pouvoir que l’ethno-mathématique électorale lui interdisait de conquérir par les urnes. Un retour en arrière est ici nécessaire.

Washington qui avait décidé de créer un fort pôle d’influence en Afrique centre-orientale, fit de l’Ouganda le pivot de sa stratégie dans cette partie du continent. A partir de ce pays, les Etats-Unis armèrent et conseillèrent le FPR qui, depuis octobre 1990, menait la guerre contre le Rwanda. Ils lui fournirent une aide diplomatique et, par le biais d’ONG liées à leurs services, ils montèrent des campagnes internationales de diabolisation du régime Habyarimana tout en présentant au contraire les hommes du général Kagamé comme des combattants de la démocratie.

Tant que François Mitterrand fut au pouvoir en France, ce plan de conquête du Rwanda fut mis en échec. Il réussit  en 1994 quand, à la faveur de la seconde cohabitation, une droite en partie atlantiste occupa l’Hôtel de Matignon.
Le 7 avril, une fois le président Habyarimana assassiné, le FPR reprit unilatéralement les hostilités violant ainsi les accords de paix d’Arusha. Le président Mitterrand fut alors partisan d’une intervention militaire française destinée à ramener le FPR sur ses lignes de départ et cela afin de sauver le processus de paix d’Arusha[3]. Comme le gouvernement de Monsieur Edouard Balladur y était opposé, le général Kagamé eut le champ libre pour conquérir le pays et au mois de juillet 1994 il fut le maître à Kigali.

A partir du Rwanda, les Etats-Unis préparèrent ensuite la seconde phase de leur plan qui était le renversement du maréchal Mobutu du Zaïre. En 1997, paralysée par les fausses accusations de complicité avec les « génocidaires » montées de toutes pièces par les services américains et qui avaient été relayées par la presse hexagonale, la France n’osa pas intervenir pour soutenir son allié zaïrois attaqué par une coalition ougando-rwandaise. Le Zaïre redevenu RDC (République démocratique du Congo) fut démembré et l’exploitation-pillage des richesses du Kivu par les sociétés-écran rwandaises débuta. La connaissance de cet arrière-plan est indispensable à la compréhension du dossier rwandais[4].

Les preuves contre le FPR s’accumulent

Revenons à l’attentat du 6 avril 1994. En 1998, saisi des plaintes déposées par les familles de l’équipage français de l’avion et par la veuve du président Habyarimana, le juge anti-terroriste Bruguière mena son enquête. Au mois de novembre 2006, il rendit  une ordonnance de soit-communiqué et mit en examen neuf personnalités très proches du général Kagamé, accusées d’avoir organisé ou perpétré l’attentat du 6 avril 1994. Ne pouvant poursuivre le chef de l’Etat rwandais car il était protégé par son immunité, le juge français demanda au TPIR de l’inculper. En vain.

La contre-attaque du général Kagamé se fit à travers ses puissants réseaux d’influence français et par le biais d’une presse qui ne cessa jamais de lui servir de porte-voix, notamment Libération et Le Figaro quand Patrick de Saint-Exupéry collaborait à ce dernier titre. Appuyé sur les uns et sur les autres, il tenta une manœuvre dilatoire destinée à discréditer le travail du juge Bruguière en prétendant que ce dernier aurait été influencé par des témoins dont les propos lui auraient été mal traduits ou qu’il aurait mal interprétés.
Cette argumentation qui fut reprise sans vérification par les médias ne correspond pas à la vérité car les témoins entendus par le juge Bruguière furent également auditionnés par le TPIR devant lequel la traduction simultanée (kinyarwanda-français-anglais) était faite par des traducteurs assermentés. Or, les procès-verbaux des audiences montrent que ces témoins firent aux juges internationaux les mêmes déclarations qu’au juge français. Avec une différence toutefois : ils déposèrent sous serment et en pleine connaissance des graves sanctions –dont l’incarcération à l’audience-,  qu’entraînait le parjure devant ce tribunal international.

Le juge Trévidic ayant succédé au juge Bruguière en 2007, de nouveaux éléments accablants pour les responsables de l’actuel régime de Kigali s’ajoutèrent peu à peu au dossier. Entre autres :

- Le jeudi 21 juin 2012, à Johannesburg, le général Faustin Kayumba Nyamwasa, ancien chef d’état-major de l’APR (Armée patriotique rwandaise), qui était en 1994 responsable du renseignement militaire du général Kagamé, affirma sous serment devant un tribunal, que ce dernier « a ordonné le meurtre du président Habyarimana»[5], confirmant ainsi les termes de l’ordonnance du juge Bruguière.

- Le 9 juillet 2013, la correspondante de RFI en Afrique du Sud, Madame Sonia Rolley, publia deux entretiens exclusifs, l’un avec le général Faustin Kayumba Nyamwaza, l’autre avec le colonel Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements du général Kagamé, dans lesquels les deux hommes accusaient de la façon la plus claire ce dernier d’être l’ordonnateur de l’attentat du 6 avril 1994 qui coûta la vie au président Habyarimana.
Patrick Karegeya qui avait affirmé au micro de RFI qu’il était en mesure de prouver d’où les missiles avaient été tirés, fut étranglé dans sa chambre d’hôtel de Johannesburg le 1er janvier 2014.
Le général Kayumba et le colonel Karegeya demandaient depuis des mois à être entendus par le juge Trévidic. Ce dernier ne pourra donc plus interroger le second…Quant au premier, le juge doit se hâter de le rencontrer car il a échappé de justesse à une seconde tentative de meurtre le 4 mars 2014…

- En juillet 2013 puis en janvier 2014, Jean-Marie Micombero, ancien secrétaire général au ministère rwandais de la Défense et qui, le 6 avril 1994, était affecté à une section chargée du renseignement dépendant directement de Paul Kagamé, témoigna devant le juge Trévidic. Réfugié en Belgique depuis 2010 où il est placé sous protection policière, il a donné les noms des deux hommes qui, le 6 avril 1994, tirèrent deux missiles sur l’avion présidentiel. Il a également livré nombre de détails sur les préparatifs et sur le déroulement de l’attentat[6]. Ces déclarations recoupaient en les confirmant celles recueilles en leur temps par le juge Bruguière auprès d’autres témoins.

Pour le régime de Kigali, ces avancées du dossier sont terriblement destructrices et c’est pourquoi ses affidés ont reçu l’ordre d’allumer des contre-feux. La presse française est donc actuellement et une nouvelle fois à la manœuvre, n’hésitant pas à travestir les faits tout en continuant à réciter une histoire aujourd’hui obsolète.
La thèse fondant la « légitimité » du régime du général Kagamé, à savoir celle du génocide « programmé »  et « planifié » par les « extrémistes » hutu, a en effet volé en éclats devant le TPIR. Dans tous ses jugements concernant les « principaux responsables du génocide », tant en première instance qu’en appel, ce tribunal international a en effet clairement établi qu’il n’y avait pas eu « entente » pour le commettre[7].
Conclusion : si ce génocide n’était pas « programmé », c’est donc qu’il fut « spontané ». Et s’il fut « spontané », c’est qu’un évènement d’une exceptionnelle gravité poussa certains à le commettre. Nous en revenons ainsi à l’assassinat du président Habyarimana.

Que contient le dossier du juge Trévidic ?

La question de savoir qui ordonna l’attentat du 6 avril 1994 est donc primordiale. Voilà pourquoi, depuis des années, les services rwandais tentent d’enfumer la justice française, précisément parce qu’elle est la seule à enquêter sur cette affaire depuis qu’en janvier 1997, Madame Louise Arbour ordonna à Michael Hourigan de cesser ses investigations.
Quelques mois auparavant, cet avocat australien devenu fonctionnaire de l’ONU avait été personnellement chargé par Madame Arbour, Procureur du TPIR de septembre 1996 à septembre 1999, d’identifier les commanditaires et les auteurs de l’attentat du 6 avril 1994. Madame  Arbour voulait alors étayer l’acte d’accusation jusque là rachitique qu’elle était occupée à dresser contre les anciens dirigeants du régime Habyarimana afin de montrer que cet attentat avait été commis par des « extrémistes hutu » et qu’en le commettant, ces derniers avaient donné le signal du génocide qu’ils avaient programmé.
Or, sur place, à Kigali, menant son enquête, Michael Hourigan découvrit tout au contraire que les auteurs de l’attentat n’étaient pas des « Hutu extrémistes », mais des Tutsi du FPR… et il obtint même les noms de ceux qui auraient abattu l’avion du président Habyarimana sur ordre du général Kagamé. Il rédigea ensuite un rapport qu’il remit personnellement à Madame Arbour. A partir du moment où il lui fit ces révélations, cette dernière changea totalement d’attitude à son égard, devenant cassante, le sommant de mettre un terme à ses recherches et exigeant la confidentialité absolue sur ses découvertes. Le contrat de Michael Hourigan avec l’ONU ne fut pas renouvelé.

Bien que le TPIR ait refusé de le lui communiquer au  prétexte qu’il n’existait pas (!!!), le juge Bruguière obtint malgré tout une copie du « Rapport Hourigan ». Devant le juge, Michael Hourigan authentifia son texte et il en confirma la teneur.
Le capitaine sénégalais Amadou Deme, adjoint de Michael Hourigan et ancien numéro 2 du renseignement de l’ONU au Rwanda a confirmé à la fois les résultats de l’enquête à laquelle il avait personnellement participé et l’insolite changement d’attitude de madame Arbour à partir du moment où le FPR fut suspecté d’avoir assassiné le président Habyarimana.

Tous ces éléments ainsi que de multiples autres témoignages figurent dans le dossier d’instruction et ils pèsent naturellement plus lourd que les tentatives d’enfumage médiatique périodiquement faites par les services de Kigali à travers les journaux français. C’est pourquoi, au mois de novembre 2013, le juge Trévidic refusa le non lieu demandé par les avocats des personnalités rwandaises mises en examen par le juge Bruguière en 2006. Cette décision était parfaitement justifiée car :

1) Comment le juge Trévidic aurait-il pu faire autrement que de refuser le non lieu avec un dossier donnant, entre autres, le lieu du tir des missiles, les noms des deux tireurs et des membres de leur escorte, la marque et la couleur des véhicules utilisés pour transporter les missiles depuis l’Ouganda jusqu’au casernement de l’APR situé au centre de Kigali et de là jusqu’au lieu de tir à travers les lignes de l’armée rwandaise ainsi que le déroulé de l’action ?

2) Comment le magistrat instructeur aurait-il pu rendre un non lieu quand son dossier contient la preuve que l’avion présidentiel rwandais a été engagé par deux missiles dont la traçabilité a été établie ? Grâce à la coopération judiciaire de la Russie il sait en effet que ces deux missiles dont les numéros de série étaient respectivement 04-87-04814 et 04-87-04835 faisaient  partie d’un lot de 40 missiles SA 16 IGLA livrés à l’armée ougandaise quelques années auparavant. Or, Paul Kagamé et ses principaux adjoints furent officiers supérieurs dans l’armée ougandaise avant la guerre civile rwandaise et, de 1990 à 1994, l’Ouganda fut la base arrière, mais aussi l’arsenal du FPR.

3) Comment un non lieu aurait-il pu être envisagé quand, devant le TPIR, il fut amplement démontré que l’armée rwandaise ne disposait pas de tels missiles et que l’arme du crime était en revanche entre les mains du FPR ?

4) Comment le juge Trévidic aurait-il pu satisfaire à la demande exorbitante de non lieu alors qu’il sait que cette même armée rwandaise, paralysée par l’embargo sur les armes et la mise sous séquestre par l’ONU de son armement lourd et de ses hélicoptères, n’était pas en état de combattre et que ce fut le FPR qui reprit unilatéralement les hostilités car il savait qu’il allait gagner la guerre ?

5) Comment un tel non lieu aurait-il pu être justifié alors que, comme cela fut  largement démontré devant le TPIR, les forces du FPR qui n’attendaient qu’un signal pour lancer leur offensive préparée de longue date, reçurent l’ordre de marche depuis leurs bases de la frontière ougandaise dans la nuit du 6 au 7 avril, juste après l’annonce de la mort du président Habyarimana ?

Le général Kagamé va-t-il néanmoins réussir à faire enterrer le dossier ?

En dépit de toutes les pressions qu’il subit, il faudra bien que, tôt ou tard, le juge Trévidic face la balance entre les éléments que contient le dossier de l’assassinat du président Habyarimana.
Or, si le magistrat instructeur a bien entre les mains suffisamment d’éléments pour renvoyer les mis en examen devant la Cour d’Assises, tout va in fine dépendre du Parquet chargé de porter l’accusation à l’audience.

Nous voilà donc revenus aux réseaux d’influence que Kigali entretient en France et dont la mission est de tenter d’influencer le juge Trévidic pour que soit étouffé le dossier. En effet, et comme l’a dit Madame Carla Del Ponte qui succéda à Louise Arbour au poste de Procureur du TPIR : « S’il était avéré que c’est le FPR qui a abattu l’avion du président Habyarimana, c’est toute l’histoire du génocide du Rwanda qu’il faudrait re-écrire ».
Et de cela, les alliés, les soutiens et les obligés du général Kagamé ne veulent évidemment pas entendre parler.

Les éléments contenus dans cette analyse seront naturellement occultés par la presse française à l’occasion du vingtième anniversaire du début du génocide du Rwanda. Les journalistes paresseux continueront à réciter une histoire obsolète ; quant aux journalistes militants ils recopieront ou liront les fiches qui leur ont été remises par les agents de Kigali.

Bernard Lugan
03/04/2014




[1] Un premier missile rata sa cible.
[2] La « communauté internationale » se montra plus empressée quand il s’agit d’identifier les assassins de M. Rafik Hariri (2005), ancien Premier ministre libanais, et de Mme Bénazir Bhutto (2007), Premier ministre du Pakistan.
[3] Si une telle opération avait été décidée, il n’y aurait pas eu de génocide.
[4] Aujourd’hui,  à Washington, le général Kagamé voit son étoile pâlir en raison des accusations portées contre son régime par les défenseurs des droits de l’Homme.
[5] Après avoir rompu avec Paul Kagamé, le général Nyamwaza se réfugia en Afrique du Sud où au mois de juin 2010, il survécut par miracle à une tentative d’assassinat.  C’est à l’occasion du procès des six Rwandais qui tentèrent de le réduire au silence qu’il  fit cette déclaration.
[6] Voir à ce sujet l’interview donnée à Pierre Péan intitulée « J’ai assisté à la préparation de l’attentat qui a déclenché le génocide » (Marianne numéro du 28 mars au 3 avril 2014).
[7] A l’exception du jugement de Jean Kambanda, ancien Premier ministre condamné en 1998, après qu’il eut plaidé coupable contre la promesse d’une peine réduite, procédure qui de facto lui avait fait accepter l’acte d’accusation du procureur. Depuis, il est fermement revenu sur cette reconnaissance.

dimanche 30 mars 2014

L'Afrique Réelle N°52 - Avril 2014

Sommaire :

Actualité :
- Le Nigeria, pays « émergent » ou pays en cours de désintégration ?
- La Tripolitaine et la Cyrénaïque peuvent être indépendantes

Longue durée :
Sahel : le grand retour du Maroc

Dossier :
Libye, Mali, Centrafrique : trois échecs politiques

Histoire :
Génocide du Rwanda : où en est l’historiographie ?


Editorial de Bernard Lugan :

Ces dernières années, la France a mené trois opérations militaires d’envergure en Afrique. Leurs résultats politiques sont autant d’échecs :

1) En Libye, l’incompréhensible « croisade pour la démocratie » lancée par M.M. BHL et Sarkozy a provoqué le chaos. Le pays est aujourd’hui dans une situation de guerres régionales, tribales, claniques, religieuses et mafieuses. Un espace inespéré s’est ainsi ouvert pour  Aqmi et toutes les forces terroristes qui prospèrent désormais au milieu de l’anarchie ambiante avec des répercussions dans toute la zone sahélo saharienne comme nous l’avons observé au Mali.
Si le cataclysme régional ne s’est pas encore produit c'est parce que le Tchad du président Déby constitue un maillon de résistance. Pour combien de temps encore ? Là est toute la question car la situation du pays est plus que complexe :

- Au Sud, les évènements de Centrafrique vont immanquablement connaître une contagion dans les régions limitrophes frontalières.
- A l’Est, la question du Darfour est toujours brûlante.
- A l’Ouest, le Niger apparaît bien fragile.
- Au Sud-Ouest, le jihad de Boko Haram s’étend chaque jour un peu plus.
- Au Nord, la tâche grise du Sahara libyen s’enfonce à l'intérieur du Tchad par le biais de la question toubou.

2) Au Mali, après avoir bloqué les colonnes d’Ansar Eddine qui fonçaient sur Bamako, Paris n’a pas voulu conditionner la reconquête de Gao et de Tombouctou à l’acceptation par les autorités maliennes de l’impératif d’un changement constitutionnel qui aurait une fois pour toutes réglé le problème nord-sud. Tous les ingrédients d’un futur conflit demeurent donc.

3) En Centrafrique, au mois de mars 2013, François Hollande a ordonné à l’armée française présente à Bangui de laisser les pillards du Seléka prendre la ville alors que, depuis plusieurs mois, il aurait été facile de les « traiter » par une opération limitée et ciblée. Résultat : les chrétiens - 95% de la population de souche -, furent persécutés. 
Début 2014, face au désastre humanitaire, le président français décida finalement d’intervenir, mais en ne donnant à nos forces ni les moyens nécessaires, ni une mission claire et en prenant bien soin de ne désigner ni l’ « ami », ni l’ « ennemi ». Résultat : les bandes  du Séléka se sont repliées vers le Nord avec armes et bagages et adossées au Soudan, elles ont fait du triangle de Birao une zone de déstabilisation de toute la sous-région.

vendredi 7 mars 2014

En Libye il est temps d’en finir avec les billevesées démocratiques pour en venir enfin à la realpolitik

Le jeudi 6 mars, à Rome, lors de la Conférence internationale sur la Libye, le ministre italien des Affaires étrangères a considéré que le principal problème qui se pose dans ce pays meurtri est la « surimposition de légitimités ». Cet euphémisme archétypique du vocabulaire « politiquement correct » sert à cacher la vérité de la situation libyenne qui est tout simplement l’anarchie. Cette manipulation sémantique illustre le désarroi de cette prétendue « communauté internationale » qui, au nom des « droits de l’homme » et de la démocratie postulée universelle, a déstabilisé un pays fragile. Aujourd’hui, elle n’ose même pas employer les mots justes pour décrire les résultats de la calamiteuse guerre qu’elle déclencha sans raison avouable contre le colonel Kadhafi.

Cessons de nous boucher les yeux en rêvant d’élections qui ne régleront pas les problèmes de fond pour regarder la réalité en face : en Libye, la situation devient de plus en plus confuse, de plus en plus anarchique et de moins en moins lisible. Le pays est livré à la loi des milices et les « autorités » ne font même plus de la figuration. Le 10 octobre 2013, le Premier ministre Ali Zeidan au pouvoir depuis novembre 2012, a ainsi été enlevé par des hommes armés. Tout récemment, le dimanche 2 mars 2014, à Tripoli, le Parlement  (le CNG : Congrès national général), institution issue des élections de juillet 2012, a été pris d’assaut, en partie incendié et plusieurs députés blessés.
La « démocratisation » de la Libye est donc un tragique  échec et la « croisade humanitaire » décidée par la France de Nicolas Sarkozy a débouché sur un désastre. D’autant plus que le rêve démocratique qui fit se pâmer BHL n’est même pas celui des Libyens puisque le 20 février dernier, les élections destinées à élire les 60 membres du conseil chargé de rédiger la nouvelle Constitution n’ont attiré que moins de 15% des électeurs…

Aujourd’hui, le pouvoir central ayant disparu, plusieurs clans régionaux et tribaux se livrent une guerre aussi confuse qu’impitoyable dans une Libye fracturée en trois grands ensembles eux-mêmes subdivisés :

1) Le « Grand Sud » est une zone grise où le « pouvoir » nordiste n’est obéi ni des Touareg à l’Ouest, ni des Toubou au centre et à l’Est ; d’autant plus que ces derniers subissent les raids lancés par des milices arabes. Cette situation de non-droit permet aux islamistes ayant échappé aux forces de l’Opération Serval de bénéficier d’un nouveau sanctuaire.

2) La Cyrénaïque qui est en état de sécession est ensanglantée par les assassinats. Dimanche 2 mars, un ingénieur français y a été abattu et 50 meurtres y ont été commis durant le seul mois de février. La région est également ravagée par la guerre qui oppose les fondamentalistes musulmans dont le fief est la ville de Derna, aux « traditionalistes » rassemblés derrière les confréries soufi. Les ports pétroliers de Ras Lanouf et de Brega sont à l’arrêt en raison des exigences des milices tribales régionales.

3) La Tripolitaine est coupée en trois :

- La ville de Misrata est un Etat dans l’Etat dirigé par des milices gangstéro-islamistes, bras armé du mouvement des Frères musulmans.
- L’ouest de la Tripolitaine est dominé par la milice berbère arabophone de Zentan (Zenten) et par celle, berbérophone, du jebel Nefusa.

- Tripoli, est la « capitale » d’un Etat qui n’existe plus. Impuissant, le «pouvoir central» est condamné à y négocier avec les milices pour tenter de survivre tout en se contentant d’observer leurs affrontements. Le vendredi 15 novembre 2013, les milices de Misrata ont ainsi ouvert le feu sur une foule réclamant leur départ, faisant plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés, ce qui déclencha un affrontement général avec les autres milices.
  
Conséquence directe de la calamiteuse et incompréhensible guerre que la France de Nicolas Sarkozy mena contre le colonel Kadhafi, l’anarchie libyenne menace gravement la sécurité régionale et c’est pourquoi il est urgent d’y mettre un terme. Les tentatives démocratiques ayant échoué et une opération internationale de pacification n’étant pas à l’ordre du jour, il n’existe donc que deux options, soit la reconstruction d’un Etat fort, soit au contraire la prise en compte des réalités confédérales.

1) La reconstitution d’un Etat fort

Une telle politique peut se faire de deux manières :

- Un retour à la situation antérieure avec l’émergence d’un nouveau « colonel Kadhafi » qui pourrait refaire l’unité du pays ; dans l’immédiat, aucune personnalité ne semble en mesure de jouer ce rôle.

- L’autre moyen de reconstituer l’Etat libyen est la voie religieuse à travers le « coagulant » islamique constitué par les  « Frères musulmans».

2) La constitution de deux pôles de stabilité

La reconnaissance officielle de l’éclatement de la Libye aurait l’avantage de circonscrire les luttes de pouvoir au sein de deux régions et donc de limiter l’effet domino régional :

- En Tripolitaine, la coalition des milices berbères arabophones de Zenten, des milices berbérophones du jebel Nefusa, de celles des tribus Warfalla de Tripolitaine et des tribus de la région de Syrte, pourrait déboucher sur une alternative politique nouvelle susceptible de réduire la puissance et la nuisance de Misrata et de ses gangs islamo-mafieux.

- En Cyrénaïque, si les fédéralistes et les courant islamistes traditionalistes étaient aidés, ils pourraient en finir avec les  fondamentalistes de Derna.
 
Cette option « partitionniste » permettrait la naissance de deux entités ancrées sur la géographie et l’histoire qui pourraient éventuellement négocier ultérieurement une forme d’association et auxquelles les tribus du Grand Sud pourraient se rattacher selon leurs affinités.

Ne nous berçons cependant pas d’illusions car cette amorce de solution fondée sur la realpolitik a peu de chances d’être choisie car elle tourne le dos à la bien-pensance démocratique. De plus, comme elle ne peut être réalisée que par le fer et le feu, une telle perspective sera donc insupportable aux sociétés occidentales devenues esclaves de l’émotionnel en raison de leur dévirilisation.

Bernard Lugan
07/03/2014

lundi 3 mars 2014

L'Afrique Réelle n°51 - Mars 2014


























Sommaire :

Numéro spécial : Afrique du Sud, la question raciale

- La mosaïque raciale en Afrique du Sud
- Aux origines de la question raciale
- L'héritage de l'apartheid
- Les prochaines élections seront raciales
- L'exode des Blancs diplômés
- Les pauvres blancs
- Les meurtres des fermiers blancs
- La question raciale en 2014 ou "l'épuration ethnique douce"

Editorial de Bernard Lugan :

Au mois d’avril 1994, porté au pouvoir par une opinion mondiale littéralement sidérée par la pensée unique, Nelson Mandela avait annoncé la fin de la question raciale, prophétisant même l’accession d’une société dans laquelle les races ne constitueraient plus un critère de fractionnement.

Vingt ans plus tard, après trois présidents noirs - Nelson Mandela, Thabo Mbeki et Jacob Zuma -, la question raciale qui n’a pas été résolue est toujours au cœur de la vie politique, sociale et même religieuse sud-africaine. En dépit des discours lénifiants du politiquement correct, l’idéologie n’a donc pas davantage fait disparaître les races que la pluie les rayures des zèbres.

En Afrique du Sud comme partout ailleurs en Afrique, là où les sociétés sont hétérogènes, le réel finit toujours par rattraper les idéologues. La base de la question est que la démocratie, cette ethno-mathématique électorale, faisant que les plus nombreux sont assurés de détenir le pouvoir, les peuples minoritaires sont donc devant un choix :
- Soit ils acceptent le système et ils n’ont alors que deux options, la soumission et (ou) l’émigration ;
- Soit ils le refusent et dans ce cas, ils n’ont que trois solutions :

1) La guerre, comme le font périodiquement les Touaregs du Mali.
2) La séparation comme le tentèrent maladroitement les Blancs en Afrique du Sud avec l’apartheid.
3) La négation des réalités comme le font les 10% de Tutsi au Rwanda, ce qui leur permet de dire qu’ils ne dominent pas les 90% de Hutu puisque les ethnies n’existent pas étant donné qu’elles ne seraient qu’un fantasme européen.

Avec le recul du temps, et compte tenu de l’hétérogénéité des populations, la seule solution à la question raciale sud-africaine était soit un éclatement du pays en grandes zones ethno-raciales, soit une cohabitation confédérale dans un cadre de séparation, chaque population ayant les mêmes droits et les mêmes devoirs dans sa propre sphère politique et territoriale.

Le Parti national tenta de mettre en place cette dernière politique, mais il le fit d’une manière inégalitaire dans le cadre rigide de l’apartheid qui n’était en définitive qu’une forme de suprématisme blanc quand, pour ses concepteurs il s’agissait tout au contraire d’un ethno-différentialisme.

A partir de 1994, avec l’ANC au pouvoir, ce fut la plus mauvaise des options qui fut imposée aux peuples d’Afrique du Sud : celle de la démocratie majoritaire dans le cadre d’un quasi système de parti unique. Résultat : l’ethno-mathématique électorale a fait des peuples minoritaires, en l'occurence les Blancs et les métis du Cap, des citoyens de seconde zone. Avec en plus le non-dit du ressentiment lié à l’apartheid qui condamne les premiers à être les éternels boucs émissaires des échecs successifs des gouvernants.

Aujourd’hui, victimes d’un racisme d’Etat comme nous le démontrons dans ce numéro spécial, ceux des Blancs qui le peuvent fuient l’Afrique du Sud ; certains allant même jusqu’à demander l’asile politique à l’étranger.

lundi 24 février 2014

Mardi 25 février 2014, retrouvez Bernard Lugan en direct sur Radio Courtoisie.

Le mardi 25 février de 19h30 à 21 heures, sur Radio Courtoisie, Bernard Lugan sera l’invité du Libre Journal des Historiens dirigé par Philippe Conrad.

Il présentera ses derniers livres ainsi que le numéro de l’Afrique Réelle du mois de mars 2014. Ce numéro très détaillé que les abonnés recevront par PDF la première semaine du mois de mars est entièrement consacré à la question raciale en Afrique du Sud.
Cette question est d’autant plus d’actualité que de nouvelles dispositions gouvernementales contraignantes visant la « Transformation » de la société ont été décidées et elles ont pour but d’accélérer l’épuration ethnique « douce » que subissent les Blancs. Depuis 1994, ces derniers ont ainsi vu peu à peu se fermer devant eux les emplois publics dans l’administration, l’armée et la police. En 2013, sur 40 élèves-pilotes, la South African Airways n’a sélectionné aucun Blanc.
Avec la politique de « Transformation », nouvelle doctrine officielle, les Blancs vont se voir peu à peu exclus du monde de l’industrie puisqu’ils vont devoir se contenter de n’occuper que de 9 à 10% des emplois, leur pourcentage ethnique.

Cette volonté de « Transformation », montre bien que le mythe de la « Nation arc-en ciel » n’était qu’un « miroir aux alouettes » destiné à la mièvrerie européenne.

mercredi 19 février 2014

Centrafrique : point de situation (19/02/2014)

Philippe Meunier, député du Rhône, Secrétaire de la commission Défense rentre d'une mission parlementaire en RCA effectuée le 17 février dernier. L'Afrique Réelle lui a demandé un point de situation au moment où les organisations humanitaires parlent d'une "épuration" des musulmans par les chrétiens.

Quelle est aujourd'hui la situation sécuritaire à Bangui ?

Philippe Meunier : Une sécurité précaire est revenue à Bangui grâce et uniquement à la présence de nos militaires français, même si certains groupes sous couvert d'anti balakas commettent des délits. La tension reste néanmoins palpable et des incidents peuvent éclater à tout moment.

A lire les médias, ce sont les chrétiens qui massacrent les musulmans alors que pendant un an, ces derniers les martyrisèrent. Avez-vous pu mesurer le degré de haine entre les communautés? Pourquoi les chrétiens en veulent-ils à ce point aux musulmans ?

Philippe Meunier : Les islamistes du Seleka, avec la complicité de leurs collaborateurs, ont procédé à Bangui et dans l'ensemble du pays à des massacres sans nom des mois durant à l'encontre des chrétiens. Conséquence de ces viols et massacres de masse, les chrétiens ne veulent et ne peuvent plus aujourd'hui vivre avec et aux côtés des musulmans.

La présence de l'armée française qui procède au désarmement des anti balaka  ne risque t'elle pas d'entraîner une incompréhension de la part des chrétiens qui se sont rebellés contre les crimes des islamistes du Seleka ?

Philippe Meunier : Le risque est grand en effet, si ceux qui ont collaboré sous l'occupation du Seleka ne sont pas jugés et condamnées sévèrement.
Les condamnations de ceux qui  ont collaboré avec les  islamistes du Seleka doivent donc être effectives sinon l'amalgame se fera avec la communauté musulmane, des innocents périront et nos soldats se retrouveront au milieu de ces règlements de compte.

Quand l'armée française pourra-t-elle se déployer dans l'intérieur du pays où le Seleka continue à massacrer les chrétiens ?

Philippe Meunier : Quand la communauté internationale aura envoyé des forces de police pour assurer la sécurité à Bangui en lieu et place de nos soldats.

Nos soldats ont-ils le matériel adéquat ? La diminution des effectifs de l'armée française ne freine t-elle pas la mission sur place en RCA ?

Philippe Meunier : Notre armée a ressorti ses vieux P4 et camions militaires. Heureusement que les miliciens du Seleka ne visent pas juste avec leurs RPG 7 ... La diminution des effectifs de nos armées a évidemment des conséquences sur le nombre de soldats présents sur zone. C'est la raison pour laquelle d'ailleurs le Seleka continue ses exactions dans le reste du pays. Quant au renforcement de nos forces par des unités provenant de l'Europe, je ne souhaite même pas en parler...

Si nos troupes quittaient la RCA, que se passerait-il ?

Philippe Meunier : Si nos troupes quittent la RCA c'est un génocide assuré à l'encontre de l'ensemble des communautés présentes sur ce territoire.

Plus généralement, faut-il repenser nos implantations militaires en Afrique et pourquoi, au moment où l'on nous annonce encore d'autres coupes budgétaires ?

Philippe Meunier : Il faut renforcer nos bases en Afrique équatoriale. L'islamisme progresse en direction du Sud et menace directement l'ensemble de la francophonie. La France et les Etats francophones doivent se préparer militairement à de futurs combats pour s'opposer à cette progression. Malheureusement, F.Hollande fait le contraire en diminuant plus encore le budget de nos armées et les effectifs de nos bases prépositionnées. Il est vrai que l'on ne peut pas accorder la CMU, l'aide médicale d'Etat et un milliard par an aux intermittents du spectacle et en même temps assurer pour nos Armées un budget décent...

dimanche 16 février 2014

Centrafrique : ce ne sont pas les chrétiens qui ont provoqué le chaos


Au moment où Paris renforce son contingent et lui ordonne de désarmer les milices chrétiennes[1], il n’est pas inutile de refaire la chronologie de la tragédie centrafricaine :

- Le 24 mars 2013, François Hollande laissa les pillards du Seléka[2] prendre Bangui alors qu’il aurait été facile de les « traiter » par une opération limitée et ciblée. Comme cela avait été annoncé par les connaisseurs du pays, la Centrafrique sombra immédiatement dans le chaos et les chrétiens - 95% de la population de souche -, furent persécutés.

-Au mois d’avril 2013, le sort des chrétiens devenant à ce point épouvantable, et comme ils étaient totalement abandonnés par la « communauté internationale », Mgr Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Centrafrique, les appela à la résistance. Ce fut alors que naquirent les milices d’autodéfense dites anti-Balaka dont certains éléments se livrèrent ensuite à de sanglantes représailles sur les musulmans accusés d’avoir soutenu leurs coreligionnaires du Seléka.

- Début 2014, face au désastre humanitaire dont il était largement responsable, François Hollande décida d’intervenir, mais sans donner de mission claire à nos troupes, ne désignant ni l’ « ami », ni l’ « ennemi », se bornant à leur demander de jouer les « bons samaritains ».

- Aujourd’hui, après avoir désolé le sud de la RCA et massacré ses habitants, les bandes du Seléka se sont repliées vers le centre-est et le nord-est du pays avec l’essentiel de leur armement, leurs véhicules et les produits de leurs pillages qui alimentent les marchés du Soudan. Rien n’a été fait pour délivrer les malheureuses populations chrétiennes vivant dans les régions tenues par ces bandes criminelles.

Pour recevoir par courriel la suite de cette analyse, vous devez être abonné à l’Afrique Réelle.

[1] Il est évidemment légitime de désarmer et de punir la composante criminelle de ces milices.
[2] « La Seléka, une nébuleuse criminelle (…) une internationale criminelle organisée et prospère ». Rapport de la fédération internationale des droits de l’homme du mois de septembre 2013 intitulé « RCA : un pays aux mains des criminels de guerre de la Seléka ».